1ère plateforme de vente en ligne de pièces auto d’occasion entre professionnels

Contactez-nous du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Les risques de rouler sans assurance

Selon l’ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière), 700 000 personnes roulent sur les routes de France sans que leur véhicule soit assuré. Cependant, depuis 1958, il est obligatoire d’assurer tout véhicule à moteur (voiture, camion, tondeuse à siège ou encore trottinette électrique). Sans cette assurance, le véhicule n’est pas protégé et le propriétaire de celui-ci encourt de nombreux risques.

Pourquoi souscrire à une assurance auto ?

Les raisons pour lesquelles il est indispensable de souscrire à une assurance automobile sont nombreuses. Le contrat d’assurance doit être signé dès l’acquisition d’un véhicule, qu’il soit neuf ou d’occasion.

En effet, en cas d’accident de la route, l’assurance a pour rôle de prendre en charge les dégâts liés au conducteur et à son véhicule. Si l’accident implique des tiers, l’assurance du conducteur responsable de l’accident prendra en compte les dommages causés aux autres personnes. Il existe néanmoins différents types de contrat d’assurance. L’automobiliste choisira celui qui correspond le mieux à son véhicule et l’usage qu’il en a.

Les différents types de contrats d’assurance

L’assurance au tiers

Celle-ci couvre seulement le minimum légal. En effet, elle permettra de réparer les potentiels dommages causés par le véhicule de l’assuré à un tiers. De plus, elle jouera un rôle lors d’un accident où le conducteur est responsable cause des dommages corporels et/ou matériels à un tiers. Elle peut également inclure d’autres options de protection, mais la souscription d’une assurance au tiers restera dans l’ensemble peu couvrante. Elle ne prendra par exemple pas en charge le dommage causé au conducteur et au véhicule du conducteur assuré, les marchandises et objets présents dans le véhicule assuré, le vol, le vandalisme, etc.

L’assurance « tous risques »

La formule « tous risques » est évidemment la plus complète, mais également la plus onéreuse. Une assurance tous risques coûte en général deux fois plus cher que celle au tiers. En effet, en plus de l’obligation légale d’assurer les potentiels dommages causés à un tiers par le véhicule, ce type d’assurance englobe de nombreuses options supplémentaires, en voici certaines :
– Dommages corporels qui couvrent le conducteur même s’il est responsable de l’accident.
– Dommages causés au véhicule du conducteur, y compris en cas de responsabilité de l’accident.
– Vols, vandalisme.
– Assistance en cas de panne ou autre problème.

Et bien d’autres en fonction des différentes compagnies d’assurances.

L’assurance « tous risques » est donc la seule permettant de vous couvrir en cas d’accident responsable.

Trouvez votre
pièce auto d'occasion
par ici !

Étape 1/3

Les sanctions

En cas de contrôle routier

La conduite sans attestation d’assurance est un délit punissable d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 €. Des sanctions complémentaires peuvent être prévues en plus de cette amende, comme par exemple des travaux d’intérêt général, un stage de sensibilisation à la sécurité routière ou encore une immobilisation du véhicule.

Bon à savoir : si le conducteur est dans l’incapacité de présenter son attestation d’assurance lors du contrôle, il aura 5 jours pour l’apporter aux forces de l’ordre.

Et en cas d’accident sans assurance ?

Imaginons qu’une personne soit responsable d’un accident et que celle-ci ne soit assurée ni en tous risques, ni au tiers, aucuns frais ne sera pris en charge la concernant. Il sera en plus de cela dans l’obligation de payer une amende.

Pour ce qui est des autres personnes impliquées dans l’accident, le FGAO (Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires), prendra en charge les indemnisations. Mais attention, l’organisme se retournera immédiatement et systématiquement vers le conducteur responsable non assuré afin d’être remboursé des différents frais. Les sommes peuvent s’avérer très importantes et l’individu sans assurance responsable de l’accident peut être amené à rembourser pendant de longues années voir toute une vie.

Recevez toute l'actualité FRPA dans votre boite e-mail.

Pas de panique, FRPA vous enverra cette newsletter uniquement 1 fois / mois.



Comment souscrire à une assurance auto ?

Souscrire à une assurance auto peut s’avérer être un coût important pour un conducteur. Cependant, il est important d’être conscient que le coût d’une sanction en cas de contrôle ou d’accident sera toujours davantage élevé comparé à celui de la souscription à un contrat d’assurance. D’autant plus qu’aujourd’hui, de nombreux tarifs sont proposés par les assurances afin que tout le monde soit en mesure de souscrire à un contrat.

Par exemple, il est possible de choisir d’assurer son véhicule au tiers. Dans ce cas, le véhicule est en règle et aucun problème ne se posera lors d’un contrôle. Cependant, comme nous l’avons vu dans un paragraphe précédent, ce type d’assurance couvrira uniquement les dépenses liées au tiers en cas d’accident responsable.

Les assurances pour les jeunes conducteurs

En général, l’assurance automobile pour un jeune conducteur est plus élevée que pour un conducteur « affirmé ». En effet, du fait de son manque d’expérience, le jeune conducteur est souvent amené à payer un petit peu plus cher que la moyenne. Cependant, s’il n’a eu aucun accident responsable durant toute sa période probatoire, il verra ses frais d’assurance baisser considérablement.

Bon à savoir : si un conducteur qui vient d’avoir son permis n’a pas de voiture directement, il peut être intéressant de le déclarer en tant que deuxième conducteur sur le véhicule d’un proche qu’il est susceptible de conduire régulièrement. En effet, cette démarche peut lui permettre de baisser ses frais d’assurance par la suite.

Que faire si le véhicule ne roule pas ou très peu ?

On pourrait penser que si le véhicule est seulement utilisé de façon occasionnelle, il n’est pas nécessaire de souscrire à une assurance auto pour celui-ci. Mais c’est une erreur. En effet, un véhicule qui ne bouge pas ou très rarement n’échappe pas à l’obligation de l’assurance car tout véhicule disposant d’un moteur doit être assuré, sans exception. Une voiture à l’arrêt reste un élément à risque et susceptible de causer des dommages à un tiers. Bien évidemment, dans le cas où le véhicule qui ne roule pas doit tout de même être assuré, il est possible de souscrire un contrat avec le moins d’options possibles : l’assurance « tous risques » ne sera peut-être pas nécessaire et une assurance au tiers permettra de réduire les frais liés au véhicule.

Il y a cependant des exceptions pour les voitures qui sont en incapacité totale de rouler. Celles-ci ne sont pas dans l’obligation d’être assurées à quelques conditions :
– La batterie doit être retirée.
– Le réservoir de carburant doit être soit vidé, soit retiré.
– Les roues du véhicule ne doivent pas être en contact avec le sol.

De l’amende au retrait de point jusqu’à la suspension de permis, rouler sans assurance expose le conducteur à de nombreux risques. Il est donc indispensable de souscrire un contrat, avec plus ou moins d’options en fonction de chacun.

rouler sans assurance