1ère plateforme de vente en ligne de pièces auto d’occasion entre professionnels

Contactez-nous du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Le contrôle technique

Pour qu’un véhicule puisse circuler en toute légalité en France, celui-ci doit obligatoirement avoir passé l’étape du contrôle technique. Instauré en 1992 pour les véhicules légers, l’objectif était d’améliorer la sécurité routière tout en réduisant l’impact écologique des voitures sur l’environnement. Qu’est-ce qu’un contrôle technique ? Comment est-il organisé ? Retrouvez tous ces détails à travers cet article.

Qu’est-ce-que le contrôle technique ?

Pour commencer, le contrôle technique est obligatoire pour avoir l’autorisation de circuler en France. Pour ce qui est d’une voiture neuve, le propriétaire dispose de 4 ans pour effectuer son contrôle. Par la suite, le contrôle technique est obligatoire tous les deux ans. Afin d’être validé, il doit être effectué par un contrôleur technique agrée par l’Etat. Jusqu’en 2018, il comportait 123 points de contrôle. Depuis, il est plus exigeant passant à 133 points de contrôle et 151 défaillances supplémentaires.

Il faut savoir que le contrôle technique est obligatoire pour tous les véhicules particuliers. Il existe quelques exceptions, toutefois voici les véhicules soumis à ce contrôle :

– Les véhicules appartenant aux particuliers
– Un véhicule utilitaire : Il doit effectuer un test antipollution pendant son contrôle technique
– Les camping-cars : Ceux-ci doivent également effectuer un test antipollution
– Les véhicules utilisant du GPL : le contrôle technique est plus approfondi.

Si le contrôle technique est favorable, le contrôleur remet au conducteur un procès-verbal de contrôle et un timbre placé dans le certificat d’immatriculation. De plus, une vignette est placée sur le pare-brise avec la date de validité de celle-ci.
Si le contrôle est défavorable, le contrôleur rédige un procès-verbal contenant tous les points défectueux à rectifier. En conséquence, le conducteur devra réparer ses points défectueux et effectuer une contre visite 2 mois après. Passée cette date, un nouveau contrôle technique est obligatoire.

Comment est organisé un contrôle technique ?

Le contrôle technique est regroupé en 9 fonctions mécaniques. Pour commencer, le contrôleur doit identifier le véhicule du conducteur : Il vérifie la plaque d’immatriculation, la plaque du constructeur et l’état de présentation de la voiture.

Dans un second temps, il procède à la vérification des équipements de freinage. Par exemple, les pédales de frein, les plaquettes et le système de freinage.

Le troisième point d’évaluation est la direction (volant, timonerie de direction…).

Ensuite, il s’assure de la bonne visibilité (vitrages, rétroviseur…), du bon fonctionnement des feux, des dispositifs réfléchissants et des équipements électriques.

La 6ème étape est la vérification des essieux, des roues, des pneus et des suspensions. Puis, l’inspection du châssis et ses accessoires.

Enfin, les dernières vérifications concernent plus généralement le matériel du véhicule. Par exemple, les ceintures de sécurité puis les airbags et dernièrement les nuisances.

L’ensemble de ces vérifications déterminent si votre voiture est en état de circuler sur les routes. Si elle présente des défaillances, le contrôleur déterminera s’il s’agit d’une défaillance mineure, majeure ou critique.

Comment sont réparties les défaillances du contrôle technique ?

Avant tout, il faut savoir que le contrôle technique comporte 3 types de défaillances. En premier lieu, il y a les défaillances dites « mineures ». Il en existe 139, elles ne compromettent pas la sécurité et n’entraînent pas de contre-visite.

Ensuite, il y a les défaillances « majeures ». Au nombre de 340, elles peuvent compromettre la sécurité du véhicule et l’impact sur l’environnement. Elles peuvent aussi mettre en danger les autres usagers de la route.

En dernier lieu, on retrouve les défaillances « critiques ». Elles présentent un danger pour la sécurité routière ou elles ont un grave impact sur l’environnement.

Dans tous les cas, un défaut du contrôle technique est sanctionné par une amende lors d’un contrôle de police. Le contrevenant écopera d’une contravention de 135 euros sans perte de point sur son permis de conduire. Si le véhicule est en très mauvais état et qu’il est jugé très dangereux, celui-ci pourra faire l’objet d’une immobilisation.

Quels conseils pour garder un véhicule en bon état ?

Nos voitures aussi vieillissent avec les années ! Après plusieurs contrôles techniques réalisés haut la main, il se peut que les problèmes puissent commencer… Toutefois, il existe des petites astuces pour faire durer notre véhicule afin qu’il puisse encore recevoir sa vignette du contrôle technique.

Entretien

La première étape et la plus importante est de respecter le carnet d’entretien de son véhicule. En effet, prendre soin de sa voiture est essentiel pour la préserver pendant de longues années. Par exemple, effectuer une vidange régulièrement permet de lutter contre le vieillissement du moteur. Il faut aussi penser à contrôler les niveaux d’huiles et la pression des pneus.

Remplacement d’une pièce

Autre astuce, il ne faut pas hésiter à se rendre au garage dès qu’une pièce est abimée ou si votre voiture émet un bruit anormal. Une pièce en mauvaise état peut dégrader d’autres pièces du véhicule.
Pour la remplacer, vous pouvez opter pour de l’occasion afin de réduire les coûts. Finalement tout dépend du type de pièce que vous devez remplacer. Il est évident que pour certaines d’entre-elles, comme par exemple les plaquettes de frein, qui constitue un élément d’usure, il faudra acheter du neuf. Toutefois, la pièce d’occasion est une excellente alternative. Au-delà de participer à la réduction des déchets, il est aujourd’hui très simple de pouvoir trouver facilement une pièce issue du réemploi.
Pour cela, vous pouvez vous rendre directement au sein d’un centre de VHU, consulter des sites internet proposant des pièces d’occasion ou vous rendre directement chez votre garagiste qui pourra lui-même effectuer la recherche et par la suite changer la pièce sur votre voiture. A ce propos, votre garagiste dispose d’un site internet réservé aux professionnels. Il s’agit de FRPA. Gratuit et très simple d’utilisation, plus de 70 déconstructeurs automobiles vendent leurs pièces sur cette plateforme.

Pour résumé, le maitre mot est « entretien ». C’est la clé pour éviter les défaillances qui ne passent pas lors du contrôle technique. De plus, si l’entretien de votre véhicule est effectué de façon régulière, vous réduirez vos coûts d’entretien.
Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à aller notre article « Comment choisir sa pièce auto ? » Il explique toutes les bonnes astuces pour choisir une pièce d’occasion de qualité.